<< Back

Axe double ou axe combiné ? Telle est la question.

Si vous utilisez Tableau, vous avez probablement déjà eu besoin de représenter plusieurs mesures sur un seul axe.

Cela est utile quand on veut mettre en valeur de manière synthétique la relation entre plusieurs valeurs, par exemple entre le montant des ventes et le bénéfice produit par ces ventes, ou bien entre le chiffre d’affaires de l’année en cours et celui de l’année passée.

Alors, comment représenter deux mesures sur un seul axe ? Deux options s’offrent à vous dans Tableau : l’axe double et l’axe combiné.

Découvrons ensemble les caractéristiques, avantages et inconvénients de ces deux techniques à l’aide du classeur d’exemple à télécharger ici. (Ce classeur utilise le jeu de données « Exemple – Hypermarché » accessible depuis Tableau Desktop).

Axe double

Dans la première feuille du classeur vous trouverez un graphique à barres en axe double qui montre, année par année, le montant des ventes en jaune et le bénéfice en bleu (comme celui dans l’image au dessus du titre de cet article).

Pour réaliser ce graphique, vous n’avez qu’à déposer le champ « Date de commande » par année sur l’étagère des colonnes, et les champs « Montant des ventes » et « Bénéfice » sur l’étagère des lignes. Vous aurez comme résultat deux graphiques l’un sur l’autre.

Faites clic droit sur l’une des deux mesures sur l’étagère des lignes et choisissez l’option « Axe double » : vous obtiendrez un seul graphique, mais avec deux axes d’échelle différente. Avec un simple clic droit sur l’un des deux axes vous pouvez accéder à l’option « Synchroniser l’axe ».

Notez que l’axe double a créé trois cartes distinctes dans la fiche Repères sur la gauche : une pour le repère « Bénéfice », une pour « Montant des ventes » et enfin une pour l’ensemble.

C’est là l’un des principaux avantages de l’axe double : en ayant une carte pour chaque mesure, vous pouvez attribuer à chacune un type de représentation différent, avec des paramètres de couleur, taille, infobulles et étiquettes différents.

Amusez-vous par exemple à modifier le graphique dans le classeur d’exemple de manière à avoir un repère de type « zone » pour le montant des ventes et une ligne pour les bénéfices.

Autre avantage de l’axe double : il permet de mettre en évidence la relation entre deux éléments, même s’ils n’utilisent pas la même unité de mesure.

Dans le cas présenté dans cet article, le « Montant des ventes » et le « Bénéfice » utilisent la même unité de mesure (la devise), nous avons donc synchronisé les deux axes.

Mais dans d’autres cas la possibilité de désynchroniser les axes peut se réveler très intéressante. Par exemple, nous pouvons faire l’hypothèse, tout à fait probable, que quand il pleut les personnes ont plus tendance à aller au cinéma. En utilisant un axe double non synchronisé, nous pouvons montrer visuellement la corrélation entre la quantité de pluie tombée, en mm d’eau, et le nombre de tickets de cinéma achetés dans une zone géographique donnée.

Aller plus loin : Graphique avec Axe Double évolué dans Tableau


Et maintenant, si nous voulions ajouter sur le même axe une troisième mesure – par exemple la quantité de produits vendus par an ?

Nous voilà face aux limites de l’axe double : avec cette technique, pas moyen d’ajouter plus que deux mesures !

Mais heureusement, l’axe combiné est là pour nous aider.

Axe combiné

Dans la deuxième feuille du classeur le même graphique est réalisé avec un axe combiné. Remarquez qu’à la différence de l’axe double, ici nous avons un seul axe de valeurs et une seule fiche de repères.

En effet, l’axe combiné fonctionne sur la base du champ unique « Valeurs de mesures », qui inclut les valeurs de toutes les mesures du jeu de données. Dans notre cas, deux mesures seulement de cet ensemble sont prises en compte : « Bénéfice » et « Montant des ventes ».

Pour réaliser ce graphique, déposez le champ « Date de commande » par année sur l’étagère des colonnes et les champs « Montant des ventes » sur l’étagère des lignes. Ensuite glissez « Bénéfice » au dessus de l’axe « Montant des ventes » jusqu’à ce qu’un petit double rectangle vert s’affiche : déposez alors le champ dans la vue.

Résultat : les champs « Bénéfice » et « Montant des ventes » découpent le graphique verticalement en deux parties. C’est à cause du fait que ces deux champs se trouvent dans les colonnes (sous le nom commun « Noms de mesures ») : ils créent donc deux colonnes dans la vue.

Mais nous voulons faire en sorte que la distinction entre les deux champs soit indiquée plutôt par la couleur. Retirez donc « Noms de mesures » des colonnes et placez-le sur Couleur dans la fiche des repères. Mettez-le également sur Taille.

Les barres des ventes et des bénéfices sont maintenant empilées. Pour les superposer, allez sur « Analyse » depuis la barre de menu tout en haut, puis choisissez « Empilement des repères : désactivé ».

Ajouter une troisième mesure

Puisque l’axe combiné utilise un seul champ (« Valeurs de mesures »), il produit un seul axe de valeurs. À contrario, l’axe double utilise deux champs (« Montant des ventes » et « Bénéfice » pris séparément), il produit donc deux axes – qu’il faut ensuite synchroniser.

Or, si nous avons un seul axe, cela veut dire qu’il est toujours possible d’en ajouter un autre, en créant un axe double après l’axe combiné… eurêka ! Nous avons donc trouvé comment ajouter à notre graphique une troisième mesure : la « Quantité » de produits vendus. Ouvrez la dernière feuille du classeur exemple (« Axe combiné+double ») pour découvrir le résultat.

Aller plus loin : Noms de mesures, valeurs de mesures et d’autres concepts pour débuter dans Tableau

Alors, axe double ou axe combiné ? À vous de choisir, selon la structure de vos données et vos besoins de visualisation !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.